Géologie à Cernoy-en-Berry.

Pour ceux que cela intéresse un peu d’étude géologique.

Cernoy est en bordure du Bassin Parisien, nous étions, il y a fort longtemps, en bordure de mer ! Nous sommes aussi en présence d’une faille de Sancerre à Châtillon, dont on peut observer aux Girauds, un modeste rejet, de direction NE—SW, à regard au Nord-Ouest. On retrouve comme témoins de ces perturbations :

– de la Craie, identifiée en un seul endroit à l’affleurement (ancienne carrière au carrefour des routes D 50, D 53 et D 253, sortie nord-est de Cernoy-en-Berry) où il est probablement remonté par faille. Cette craie date de l’ère du Cénomanien qui représente le plus haut niveau marin des 600 derniers millions d’années (environ 150 m au-dessus du niveau actuel, 150m d’eau au dessus de nos têtes !?!?)

– des argiles grises, jaunes, brunes, pures ou mêlées de silex selon les niveaux : datées du Turonien siliceux. (80-60 millions d’années), comme à la Courdieu, aux Favrats, le Turonien moyen a été identifié dans des argiles à silex aux Reniers, aux Abattis et à la Fosse.

– des alluvions wurmiennes des ruisseaux sont un mélange des roches résistantes situées en amont, mêlées de sables et argiles.(Le Würm ou glaciation de Wurm est le nom donné de la dernière période glaciaire globale du Pléistocène : de 125 000 ans à 11 430 ans)

Nous trouvons aussi à Cernoy quelques cavités souterraines, représentées par des triangles rouges.

Un problème préoccupe certains de nos habitants. Cette carte montre les zones en orange, qui sont a priori sujettes au phénomène de retrait-gonflement de l’argile, zones où la survenance de sinistres est possible en cas de sécheresse importante, mais ces désordres ne toucheront qu’une faible proportion des bâtiments, pour notre secteur.

L’étude de l’hydrogéologie globale nous apprend que Cernoy en Berry est situé sur l’aquifère : Craie du Séno-Turonien du Sancerrois une nappe très vaste qui affleure à certains endroits et une nappe plus profonde et plus large des Sables et grès du Cénomanien.

Laissez un commentaire sur cet article. 

avatar
  S’abonner  
Suivre la discussion